Le salon des Biencourt

Le rez-de-chaussée est restitué dans son état du XIXe siècle, époque à laquelle le château était possession des marquis de Biencourt. Il s'agit de mettre en valeur principalement l'occupation du château par Anne-Elie-Marie de Montmorency (1803-1882) et Armand-Marie-Antoine de Biencourt (1802-1862). 

 " Azay le Rideau chez Mr de Biencour " par Soulès, Eugène Edouard (1811-1876)

le remeublement du château

Parallèlement aux travaux de restauration des façades et des toitures, le Centre des Monuments nationaux, mène en partenariat avec le Mobilier national une ambitieuse politique de remeublement du château d'Azay-le-Rideau afin de restituer l'ameublement du rez-de-chaussée selon l'état d'occupation des marquis de Biencourt au milieu du XIXème siècle. L'étage conserve en grande partie sa distribution d'origine datant de la Renaissance. Progressivement restauré et remeublé par une politique d'acquisitions suivie, cet étage évoque l'art de vivre au temps de la Renaissance.

Ce remeublement s'appuie sur un important travail de recherche : les archives nous permettent de connaître le mobilier possédé par les propriétaires successifs du château. À partir de ces documents, des meubles, les plus proches possibles de ceux décrits sont acquis et déposés au château.

 

Le salon 

Grâce à la fortune considérable de sa femme, le marquis fera du château d'Azay-le-Rideau un lieu très apprécié pour son architecture et ses jardins mais aussi pour ses collections, véritable musée privé, ouvert à la visite dès le milieu du siècle. Remeubler les appartements du rez-de-chaussée selon l'état d'occupation des marquis de Biencourt, doit permettre d'évoquer le cadre de vie et le goût de cette famille. Le mobilier présent au château dans la seconde moitié du XIXème siècle est connu par l'inventaire après décès d'Armand-François-Marie de Biencourt (1854) et par l'état descriptif du mobilier (1898). Plusieurs photographies et documents de vente témoignent également des aménagements du château à cette époque.

 

Le salon Biencourt avant remeublement.

 

Une pièce centrale

Le salon est la pièce maîtresse de cet appartement : il illustre le goût des propriétaires pour la Renaissance et donne à voir une nouvelle magnificence au château. Ce salon a partiellement conservé son décor intérieur néo-Renaissance, conçu autour d'une imposante cheminée, orné de lambris, garni d'un papier peint aux motifs de cuirs et couverte d'un plafond à solives peintes. Grâce à l'appui exceptionnel du Mobilier National, le Centre des monuments nationaux a l'ambition de récréer l'atmosphère particulière de ce salon luxueux et confortable. Les rideaux, bandeaux de cheminée particulièrement bien documentés sont ainsi fidèlement restitués. 

 

Restitution de l'état historique de la seconde moitié du XIXème siècle avec le mobilier déposé par le Mobilier National. Non définitif. 

 

Les portraits

La famille de Biencourt possédait une extraordinaire collection de portraits historiques riche de plus de 300 œuvres datant de la Renaissance, du XVIIème et du XVIIIème siècle. Admirée dès le milieu du XIXème siècle, cette collection présentait une véritable leçon d'histoire. Une cinquantaine de pièces est au aujourd'hui conservée au musée Condé de Chantilly.

 

Portraits : Diane de Poitiers / Charles de l'Aubespine 

 

Il est impossible de faire revenir à Azay l'ensemble de cette collection. Des acquisitions et des dépôts d'œuvres similaires permettront de retrouver l'esprit de la collection. Ainsi, le château renoue avec son caractère muséal marqué par l'historicisme et la redécouverte de l'art de la Renaissance.

 

La cheminée 

Construite en 1856 par Edmond Lechevallier-Chevignard dans le goût néo-renaissant, elle illustre les travaux engagés par Armand François Marie de Biencourt puis par son fils Armand, pour conférer au château une unité stylistique. Le manteau de cheminée porte un décor sculpté de motifs de cuirs découpés. Au centre apparaît le symbole de François Ier, la Salamandre, que l'on retrouve par ailleurs dans le décor du château. Au XIXème siècle, la cheminée était peinte : elle a depuis perdu ses couleurs.

 

> En savoir plus sur le chantier de restauration

> Découvrir le parc

> Découvrir la chambre " Renaissance "

> Découvrir l'histoire du monument