La chambre Renaissance

La chambre de Philippe Lesbahy, l'épouse de Gilles Berthelot, a été restituée selon des dispositifs connus en France à la Renaissance.

Vue d'ensemble de la "chambre Renaissance".

  

Malgré les réaménagements dont le château a fait l'objet depuis sa construction, le premier étage conserve la distribution d'origine. La reconstitution de la chambre de Philippe Lesbahy se base sur un important travail fondé sur des études archivistiques et iconographiques pour la restitution des textiles du lit. Cette restauration a permis de retrouver le savoir-faire du tressage du jonc, dont des nattes habillent les murs.

Au début du XVIe siècle, la chambre n'est pas seulement un lieu de repos mais un véritable espace de vie, où l'on reçoit, mange, travaille. Le mobilier qui y est installé est le reflet de ces multiples fonctions.

 

le jonc tressé

Détail de jonc tréssé

 

À la Renaissance, les murs du château étaient couverts de tapisseries ou de nattes de jonc, ce qui isolait les pièces du froid. Bien qu'aucun exemple de nattes de jonc n'ait été conservé en France, des documents (inventaires, dessins, tableaux) témoignent de ce mode d'isolation, auquel on prêtait également des vertus thérapeutiques. En effet, l'odeur du jonc était censée chasser les humeurs et assainir l'air. 

 

le lit

Élément central de la chambre, le lit est placé sur une estrade. Ainsi surélevé, il est protégé du froid du sol, alors en tomette.

 

Détail du lit de la chambre "Renaissance". 

 

Le lit ici présenté ne date pas de la Renaissance – le mobilier du XVIe siècle est extrêmement rare – mais du XIXe siècle. Il illustre le goût néo-renaissance en vogue vers 1840, et dont les Biencourt, propriétaires du château à cette époque, étaient  épris.
La garniture du lit est moderne : elle a été réalisée à partir d'une étude scientifique  basée sur la confrontation de tableaux peints dans la seconde moitié du XVIème siècle. Les damas pourpres, les velours de soie, les passementeries et les broderies précieuses illustrent la richesse et la chatoyance des lits de la Renaissance, véritable représentation du faste et du prestige de leur propriétaire. 
 

le Coffre

À la Renaissance, le coffre est un élément essentiel du mobilier. Facilement transportable, il est adapté au mode de vie de l'aristocratie, qui circule encore de résidence en château. Le coffre ici exposé date du XIXème siècle : comme le lit, il a été conçu dans un style néo-renaissance, en vogue à l'époque où la famille de Biencourt habite le château. 

 

> Lire la biographie de François Ier

> Lire la biographie de Gilles Berthelot

> Découvrir l'histoire du monument