L'histoire du château d'Azay

Le château d'Azay-le-Rideau est bâti sur une île au milieu de l'Indre sous le règne de François Ier. Subtile alliance de traditions françaises et de décors innovants venus d'Italie, il est une icône du nouvel art de bâtir du Val-de-Loire au XVIème siècle.

La construction du château

Le château d'Azay-le-Rideau est considéré comme l'un des modèles de l'architecture de la Renaissance française.

Si ses deux ailes ont été élevées dans les premières années du XVIeme siècle, c'est au XIXeme siècle que le château a pris sa silhouette définitive. À ce titre, Azay-le-Rideau doit à la fois être apprécié comme un joyau de la Renaissance et comme un exemple représentatif du goût du XIXeme siècle pour l'art de la Renaissance.

Vers 1510, Gilles Berthelot, conseiller du roi Louis XII et trésorier de France achète la forteresse médiévale d'Azay ainsi que les terres qui l'entourent. Cette possession seigneuriale doit renforcer sa nouvelle position sociale : fils d'un maître de la Chambre des comptes, Gilles Berthelot est devenu noble en héritant de la charge de son père. Il s'est illustré au service du roi de France en créant de nouvelles taxes, qui ont eu pour conséquence de remplir les caisses du royaume.

Peu de temps après avoir acheté les terres d'Azay, Berthelot fait abattre une partie de la vieille forteresse pour ériger un château au goût du jour. Les travaux sont remarquablement courts : dès 1522, la charpente est achevée.

 

Portrait de François Ier exposé au château d'Azay-le-Rideau

 

Mais Gilles Berthelot n'a guère le temps de profiter de sa demeure. Comme d'autres financiers, il s'est beaucoup enrichi par ses activités, peut-être au détriment de la couronne. Une enquête générale est ordonnée par François Ier : elle révèle des malversations. L'un des financiers, Jacques de Beaune Semblaçay, est exécuté. Gilles Berthelot, qui craint de subir le même sort, prend la fuite, abandonnant son épouse et son château. Il meurt deux ans plus tard à Cambrai. 

Les différents propriétaires

François Ier saisit le château d'Azay et l'offre à l'un de ses fidèles Antoine Raffin, au grand dam de Philippe Lesbahy, l'épouse de Berthelot, qui essaie vainement de récupérer son bien.

D'abord propriété des Raffin, le château passe aux mains de la famille Gelais de Lansac au gré des mariages. Le 27 juin 1617, le roi Louis XIII y séjourne. En 1651, le marquis de Vassé reçoit le château par alliance : il effectue quelques travaux pour embellir la demeure et construit le portail. Après sa mort en 1684, c'est la décrépitude du domaine, faute d'argent.  

Mis en vente peu de temps avant la Révolution, le château est acquis en 1791 par Charles de Biencourt marquis de Biencourt. Tout au long du XIXe siècle, la famille Biencourt entreprend d'importants travaux de restauration, lui donnant sa forme actuelle. Elle aménage également le parc en un superbe jardin paysager, dans le goût anglais alors en vogue.

 

Légende : Façade ouest ou sur jardin du Château d'Azay-le-Rideau vers 1800

 

A la fin du siècle, le château passe entre les mains de plusieurs propriétaires avant d'être acheté, en 1905 par l'État. Le château est classé au titre des monuments historiques neuf ans plus tard. 

Les propriétaires du château : 

1510-1527 : Gilles Berthelot et Philippe Lesbahy

1537-1651 : Les Raffin

1651-1787 : Les Vassé

1791-1882 : Les Biencourt

1905-2015 : L'État

Le contexte du Val de Loire

Azay-le-Rideau, Chambord, Monsoreau, Chenonceau, Ussé : le Val de Loire concentre un ensemble exceptionnel de châteaux bâtis ou remaniés à la Renaissance. L'Anjou, la Touraine et l'Orléanais sont alors un lieu de séjour privilégié par la Cour de France, encore itinérante.

Si Chambord et Blois sont des résidences royales, d'autres joyaux architecturaux du début du XVIe siècle ont été construits pour de grands financiers de la couronne, tels que Gilles Berthelot, le commanditaire du château d'Azay.

Enrichis sous les règnes de Louis XII et François Ier, ces financiers et conseillers cherchent à asseoir leur statut social en possédant un château et des terres. Par la magnificence de leurs demeures, ils souhaitent manifester leur réussite.

 

Légende : Château d'Azay-le-Rideau

 

Ces nouvelles constructions intègrent des innovations architecturales italiennes. À l'occasion des campagnes militaires en Italie, les Français ont été marqués par l'art et la culture ultra-alpine. Forts de leurs contacts, ils recrutent des artistes italiens : ces derniers introduisent de nouvelles pratiques dans la construction (le plan régulier et symétrique, l'escalier à volées droites). Ces architectes, sculpteurs et peintres apportent aussi un vocabulaire antiquisant. Les innovations venues d'Italie se combinent ou se superposent à la tradition architecturale et ornementale française contemporaine.

Reconnue pour la beauté de son cadre naturelle et la richesse de son patrimoine historique, la vallée de la Loire est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les châteaux de la Loire, dont celui d'Azay, forment l'un des trésors de la région. 

Le chantier de restauration (2015-2017)

Après la restauration du parc en 2014, le château d'Azay-le-Rideau connaît un grand chantier de restauration de ses façades, sculptures et couvertures.
Ces travaux permettent de redonner tout son éclat à ce monument remarquable du Val-de-Loire.

 

2014 : La restauration du parc

Le parc a fait l'objet d'une importante opération de restauration en 2014. Les travaux portaient sur le renouvellement et l'entretien du patrimoine arboré dans l'esprit du parc paysager du XIXème siècle :  régénération des sols, restauration des allées et des ponts, remise aux normes des équipements électriques et nouvel éclairage du parc, restauration des ouvrages maçonnés et mise en œuvre d'un réseau d'arrosage desservi en eau de rivière.

2015-2017 

Le remeublement du salon Biencourt

Le Centre des monuments nationaux a choisi de redonner au rez-de-chaussée du château d'Azay-le-Rideau l'atmosphère luxueuse et confortable de ses précédents propriétaires, la famille Biencourt, qui apportèrent, entre 1791 et 1899 le plus grand soin à l'ameublement du château. 
Un travail de restauration vient compléter la reconstitution du château d'Azay tel qu'au XIXème siècle il fit l'admiration des voyageurs et en particulier de Prosper Mérimée et de Honoré de Balzac.

 

Le salon Biencourt avant le remeublement 

 

La restauration des couvertures et des façades

Le chantier de restauration en cours, d'une durée totale de 34 mois, porte sur les charpentes, l'ensemble des couvertures, les parties hautes des maçonneries, la sculpture et les menuiseries.

En raison de l'importance des installations de chantier et des échafaudages nécessaires, il est prévu de réaliser en même temps la restauration des façades et des couvertures. L'installation de l'échafaudage dont une partie est dans l'eau est complexe. Le parapluie couvrant la totalité du chantier permet l'intervention des charpentiers, des couvreurs et des tailleurs de pierre en toute sécurité et assure la parfaite protection des combles et des étages durant l'intervention. 

 

> En savoir plus sur le chantier sur la page dédiée

> Suivez le chantier avec #AzayRenaissance sur Twitter ! 

> Préparer votre visite du château d'Azay-le-Rideau